Audition et diététique

Une bonne alimentation ne doit pas simplement être variée, équilibrée et répondre aux besoins nutritionnels. Elle est aussi un moyen indispensable et efficace pour se prémunir et lutter contre des maladies aux conséquences parfois nuisibles pour l’audition.

Mais les habitudes alimentaires, le développement des produits industriels et des produits préparés font consommer trop de sel, de mauvaises graisse, de mauvais sucres et pas assez de céréales, de fruits et de légumes. Ces consommations ne sont pas sans conséquences sur le système cardio-vasculaire et le vieillissement cellulaire.

L’oreille est un organe très sensible aux flux sanguins. Ainsi les pathologies cardio-vasculaires, de nature à altérer la circulation sanguine au niveau cochléaire et/ou cérébral, sont susceptibles de favoriser la baisse des capacités auditives.

L’artériosclérose, le diabète, l’excès de cholestérol, la surcharge pondérale, la pression artérielle, le tabac en sont les principaux facteurs. Mais la baisse de l’audition résulte aussi d’un vieillissement prématuré et accéléré des cellules sensorielles de l’oreille (cellules ciliées) et des cellules nerveuses (neurones) qui s’amplifie par l’oxydation due à l’excès de radicaux libres qu’une alimentation antioxydante peut endiguer.

S’il est évident que les troubles de l’oreille ne dépendent pas toujours pas toujours de facteurs nutritionnels, les recommandations qui suivent contribuent à mieux préserver votre capital auditif. Elles constituent en outre les bases d’une bonne alimentation pour lutter contre le vieillissement et préserver votre capital santé.

Il n’est pas question de se priver des plaisirs de la table mais plutôt d’adopter une meilleure alimentation facile à mettre en oeuvre au quotidien.